sismoazur_logo
Projets

Coordination et Analyse de la Surveillance Sismique Alpine Transfrontalière (CASSAT)

Projet Simple dans le cadre du ALCOTRA Alpes Latines Coopération Transfrontalière France-Italie (2013-2015)

Porteurs du projet la Région du Val d’Aoste
Partenaires Italie : Région du Val d’Aoste, Région du Piedmont
France : ISTerre (UJF), Géoazur (CNRS), CETE Méditerranée (CEREMA)
Période du projet janvier 2013 - mars 2015
Contact Géoazur Anne Deschamps

Etat des lieux :

Le projet RISE a permis d'homogénéiser sur le territoire concerné l'observation par des stations sismologiques dotées de capteurs vélocimétriques dédiés à la détection des séismes les plus faibles. Il a permis aussi d'établir les contacts entre les partenaires intéressés dans la surveillance sismique sur cette zone frontalière. La durée de 3 ans n'avait pas permis de pérennisé par une convention les échanges de données entre centres français et italiens.

Par ailleurs, le contrôle des mouvements du sol en cas de séisme fort n'est possible dans les zones épicentrales (qui sont les plus impactées) qu'avec des enregistrements accélérométriques, moins sensibles que les enregistrements vélocimétriques. Les différents observatoires en charge de la surveillance sismique Alpine occidentale sont inégalement équipés en accéléromètres adaptés à une utilisation en temps réel de l'information. On constate en particulier un retard important sur le territoire du Val d'Aoste et dans la région niçoise.

Objectifs :

Les objectifs du projet sont :

  1. de consolider les acquis sur le partage des données en temps réel entre les partenaires pour fiabiliser les outils de localisation des séismes de la région frontalière utilisés pour l'alerte et l'information tant auprès des autorités qu'auprès de la société civile après un séisme ressenti.

  2. d'améliorer la qualité des détections, de la localisation et de l'évaluation de la magnitude d'événements par les procédures automatiques.

  3. d'ajouter aux outils existants, la production d'une "shake map", carte de mouvements forts associés à chaque séisme de magnitude supérieure à 3.5 de la zone. Cette carte sera construite à partir d'outils existants, mais les données régionales disponibles caractérisant les effets de site et l'atténuation des ondes avec la distance, seront intégrés dans cette construction. Le résultat sera mis à disposition des autorités.

Les enjeux sont à la fois scientifiques et sociétaux, intéressant les collectivités régionales et les observatoires sismologiques en charge de produire des catalogues de sismicité.

Les points (1) et (2) engagent la qualité du diagnostic scientifique et la fiabilité du message délivré aux autorités, le point (3) permettra d’améliorer la diffusion d’informations sur le mouvement du sol.

Participation du laboratoire Géoazur :

Géoazur contribue par toute son équipe du pôle observatoire (B. Delouis, D. Brunel, J. Chèze, X. Martin, C. Maron, F. Peix, L. Stehly) à la maintenance de l'instrumentation sur le terrain et la jouvence des stations accélérométriques, à la gestion et au contrôle de qualité des données transmises, à l'implémentation et la paramétrisation des outils de détection et localisation de la sismicité.

S. Zerath et L. Honoré ont ponctuellement participé à la collecte et la validation d'informations pour paramétrer le logiciel de "shakemap".

David Ambrois assure l'implémentation du logiciel et les tests nécessaires sur les différents paramètres pour assurer la fiabilité et une certaine pérennité à l'outil. Il est encadré pour les développements nécessaires par les sismologues de Géoazur (A. Deschamps, F. Courboulex, B. Delouis) et travaille en collaboration avec les partenaires (CETE Méditerranée et ISTerre et plus épisodiquement les partenaires italiens).

Le suivi administratif du projet est assuré par M. Aufeuvre.

Partenaires du projet :