sismoazur_logo
Projets

Réseaux Intégrés de Surveillance sismologiques et d’Échange (RISE)

Projet Simple dans le cadre du ALCOTRA Alpes Latines Coopération Transfrontalière France-Italie (2007-2013)

Porteurs du projet la Région du Val d’Aoste
Porteur scientifique : LGIT (Grenoble)
Partenaires Italie : Région du Val d’Aoste, Région du Piedmont
France : LGIT, Géoazur
Suisse : ETH Zürich
Monaco
Période du projet février 2009 - mars 2012
Contact Géoazur Anne Deschamps

Objectifs :

Nous nous intéressons dans ce projet à la gestion de crises sismiques Alpines transfrontalières. Les enjeux sont à la fois scientifiques et sociétaux, intéressant les collectivités régionales et les observatoires sismologiques.

La carte de sismicité des Alpes occidentales montre que la distribution des séismes est partagée entre la France, l'Italie et la Suisse. Aussi, une gestion efficace des crises sismiques nécessite une intégration des réseaux de surveillance sismique et des réseaux d’échange d’informations. Il faut être capable (i) de partager en temps réel les données sismiques acquises de part et d’autres des frontières, (ii) d’échanger rapidement les analyses réalisées par les observatoires, (iii) d’échanger rapidement des informations diverses mais nécessaires à une intervention post-sismique (nature du sol, structure des agglomérations frontalières, cartes), et enfin, (iv) coordonner les interventions post-sismique pour le déploiement de réseaux temporaires en extérieur et en bâtiment.

Les points (i) et (ii) engagent la qualité du diagnostic scientifique et la fiabilité du message délivré aux autorités, les points (iii) et (iv) permettent d’améliorer la diffusion d’informations sur le mouvement du sol et la réponse du bâti.

Participation du laboratoire Géoazur :

Elle a consisté en l'échange des données sismologiques et la mise en place d’outils de traitement en temps réel des données. Ainsi, Bertrand de Saint-Jean, Jérôme Salichon, Perrine Deshayes, Anne Deschamps, et Bertrand Delouis ont contribué significativement aux résultats mis en ligne.

Etat des lieux :

Les différents observatoires en charge de la surveillance sismique Alpine occidentale sont inégalement équipés. On constate un important retard technologique de l’équipement français, qui rend impossible l’intégration et la réalisation des points (i) et (ii). Les contacts existent entre les différents partenaires du projet, mais nécessitent d’être formalisés au vu des objectifs (iii) et (iv).

Nous proposons de réaliser deux volets dans le cadre du projet RISE :

  1. Intégration matérielle de l’observation sismique temps réel. Il s’agit de mettre l’équipement au niveau du standard adopté par nos collègues suisses et italiens. L’homogénéisation du matériel, des protocoles d’échanges est une étape indispensable pour permettre l’échange de données aux nouveaux standards de qualité et de rapidité : liaisons ADSL, flux SeedLink, serveurs régionaux ouverts, protocole d’échange.

    • Financement d’équipement
    • Financement de réunion de coordination

  2. Coordination post-sismique permettant de déployer rapidement et aux bons endroits le matériel et les équipes de sismologues et d’ingénieurs. Constitution et identification d’un groupe intervention en post-sismique pour la région des Alpes du Nord et du Sud. Collecte et échange de données SIG, géotechniques. Définition des prérogatives du groupe en matière d’évaluation post-sismique. Mise en place d’un protocole d’intervention et d’échange d’information entre les réseaux de surveillance lors de crises sismiques.

    • Financement de réunion de coordination
    • Constitution d’un fond de documents SIG orientés intervention sismique

Partenaires du projet :

Ce projet a été soutenu par divers partenaires